06 août 2014

Histoire de la Savoie diaporama

Posté par Lo Praz Condus à 07:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


17 novembre 2011

Langue Savoyarde

On l'appelle: patois, langue savoyarde, franco-provençal, arpitan... quelques appellations qui évoquent  la langue de nos parents et qui se meurt lentement au rythme du décès des derniers véritables locuteurs (ceux qui avaient cette langue comme langue maternelle...). Bien sûr, une part infime de la population savoyarde possède encore comme seconde langue: "le savoyard" et une autre part, plus importante certes, est capable de le comprendre mais sans pouvoir l'utiliser dans une conversation.

Quelques efforts sont faits pour sauver ce qui peut encore l'être, avec une prise de conscience (trop tardive) de la Région Rhône-Alpes. Mais la lente extinction de ce parler paraît irrémédiable.

Cependant, il convient de signaler, que pour quelques irréductibles Allobroges, le combat continue!

Quelques liens:

ban11

www.langue-savoyarde.com

arpitania_flag-forumArpitania

http://www.arpitania.eu

 

http://arpitania.forumactif.com

 

 

Posté par Lo Praz Condus à 16:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

21 septembre 2010

Histoire, culture...

Histoire, culture...

 Pour  faire simple un petit résumé en quelques dates des rapports de la France et de la Savoie.
1030: Humbert aux Blanches Mains comte de Maurienne reçoit la partie du comté du Viennois qu'il appellera la Savoie;
1416: le Comte de Savoie Amédée VIII devient duc de Savoie. Chambéry en est la capitale. Il devient Pape sous le nom de Félix V
image
Au cours du règne d'Amédée VIII  les Etats de Savoie s'étendent   du Léman à la Méditerranée de chaque côté des Alpes.
 image  Amédée VIII le Pacifique
1536: Les troupes de François Ier  occupent la Savoie.
1539: L'édit Royal de Villers-Cotterets est appliqué en Savoie. (Emploi du français dans les textes administratifs et judiciaires). Il est bon de rappeler que la mère de François Ier était:  Louise de Savoie fille de Philippe, duc de Savoie .

1562: Le duc de Savoie Emmanuel-Philibert choisit Turin comme capitale afin de mettre sa capitale de l'autre côté des Alpes donc à l'abri des convoitises françaises.

1600: Henri IV entre en Savoie. Charles Emmanuel Ier cède à la France la Bresse, le Bugey...
1691: Les troupes de Louis XIV occupent la Savoie.
1713: le duc de Savoie Victor-Amédée II est promu roi de Sicile. et en 1718, il devient roi de Sardaigne.
1792: Les troupes françaises révolutionnaires entrent en Savoie, la Savoie devient le département du Mont-Blanc.
1815: La Savoie est rendue au roi de Sardaigne .
  • Le roi de Piémont Sardaine Victor-Emmanuel II se donne comme but de libérer les terres italiennes de la domination autrichienne et sollicite l'aide de la France. 
21 juillet 1858 : Entrevue secrète entre Napoléon III, et Cavour, président du Conseil du Royaume de Sardaigne, à Plombières (Vosges).

29 janvier 1859 : Signature du traité d’alliance entre la France et le royaume de Piémont-Sardaigne qui prévoit la création d’un royaume de Haute-Italie et la cession, en compensation, du comté de Nice et de la Savoie à la France.

3 mai 1859: La France déclare la guerre à l'Autriche. .
  juin 1859: Les alliés franco-sardes emportent les batailles de Magenta et de Solferino.
8 et 12 juillet 1859: Inquiet d’un enlisement du conflit, Napoléon III signe avec l’Autriche l´armistice de Villafranca le 8, puis un traité le 12.
24 mars 1860: Signature du traité de Turin qui prévoit le rattachement de la Savoie et de Nice à la France.
22-23 avril 1860: Déroulement du plébiscite. À la question « La Savoie veut-elle être réunie à la France », le suffrage universel masculin sur 135 449 inscrits donne 71 bulletins nuls, 235 non et 130 533 oui .
Sources: Découvrir l'Histoire de la Savoie du Centre de culture savoyarde
et le site: http://www.150ans-paysdesavoie.fr/
  • Pendant près de 900 ans la Maison de Savoie  a été à la tête d'un Etat souverain qui a su être moderne:
-  au Moyen-Age: mise en place d'un système administratif de gestion des châtellenies ,
- au XVIIIème siècle: les propriétés sont cadastrées sur  la "Mappe" (le plus ancien cadastre d'Europe),
- rachat des droits féodaux sans étape révolutionnaire.
L'histoire régnante de la Maison de Savoie s'est achevée en Italie en 1946 de manière peu glorieuse suite à sa compromission  avec Mussolini.

D'un point de vue plus humain le sentiment d'être "Savoyard" perdure dans la population savoyarde "de souche" mais les importants brassages de populations de ces dernières décennies font que le particularisme culturel savoyard tend à s'estomper. Il appartient à tous les Savoyards de s'approprier l'histoire de leur région et de faire vivre ce qui reste de leur culture.

19 Février: Fête Nationale de la Savoie

Posté par Lo Praz Condus à 08:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

19 septembre 2010

Chambéry

Notre nouveau blog: ICI

Journées du Patrimoine

Château des Ducs de Savoie

Résidence des Comtes puis des Ducs de Savoie, cet édifice a subi de profondes transformations au cours de son histoire.

La Sainte Chapelle est érigée en 1408 pour abriter le Saint Suaire.

Un incendie en 1532  ravage le château, et le duché est occupé par les Français ( 1536-1539): le Saint Suaire est alors transféré à Turin. En 1563 les Etats de Savioie transfèrent leur capitale de Chambéry vers Turin.

Au XVIIIème siècle, Il devient résidence royale de la famille de Savoie. Le château subit encore plusieurs incendies dont celui de 1798 qui ne laissera intact que l'Aile royale, la Tour Mi-ronde, la Porterie et la sainte Chapelle.

En 1792, les troupes révolutionnaires envahissent la Savoie. en 1812 le château est affecté  à la Préfecture et au Conseil Général du département du Mont Blanc.

En 1860, lors de l'Annexion le château est cédé au département de la Savoie.

Depuis 1890 il abrite l'administration : Préfecture et Conseil Général.

Le coeur historique : vue à 360 : ICI

2010c_6213 2010c_6214

La Porterie                                    La Sainte Chapelle et sa façade baroque

2010c_6219 2010c_6220

Salon jaune des appartements royaux                          Lit à la polonaise

2010c_6221 2010c_6224

l'ancien carillon                                 l'escalier monumental de la Tour mi-ronde

2010c_6231

La cour du château vue du sommet de la Tour mi-ronde

2010c_6240 2010c_6238

La cathédrale de Chambéry les Orgues et ses décors en trompe l' oeil.

Posté par Lo Praz Condus à 09:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

06 juillet 2010

Fête nationale et 150ème anniversaire du rattachement de la Savoie à la France: Rumilly

Le 14 juillet 2010 à Rumilly, une grande fête populaire sera organisée à l'occasion du 150ème anniversaire du rattachement de la Savoie à la France.

Deux faits historiques liés à cette ville témoignent du passé tumultueux  que connurent la France et la Savoie.

 

image

SIEGE de RUMILLY LE 23 MAI 1630

Louis XIII ayant déclaré la guerre à Charles-Emmanuel 1er, Duc de Savoie, les armées françaises envahissent le duché. Les Bourgeois de Rumilly, confiants en leur courage et se reposant sur leurs fortifications, refusent la capitulation honorable que le Roi de France leur fait offrir. Au Maréchal français, Bassompierre, qui annonce la reddition des autres villes du Duché, les Rumilliens répondent fièrement : E CAPOË ("et quand même")

 

SIEGE de RUMILLY LE 23 MAI 1630

Rumilly ayant été pris d’assaut par les troupes de Louis XIII, Mademoiselle de Pesieu de Salagine, Religieuse Bernardine, obtient du Maréchal du Hallier, qui commandait les troupes françaises, la révocation du pillage et de l’incendie de la ville.

 

SIEGE de RUMILLY LE 15 AOUT 1690

Les Rumilliens opposent la plus opiniâtre résistance aux troupes de Louis XIV commandées par le Général de Saint - Ruth. A cette époque, la ville était dépourvue de toute défense, Louis XIII ayant fait raser le fort de l’Annonciade et les fortifications de Rumilly. Le nom des habitants morts sur la brèche, pour la défense de la ville, existent au registre de l’état civil.

(Sources Mairie de Rumilly)

Joseph Béard (poète rumillien 1808-1872 ) s'inspira de l'épisode du siège de 1630  pour écrire une chanson en savoyard "La Pasnaille"

Extrait de la chanson:

image

Traduction:

Rumilly, rends-toi ou bien tu es perdu!

Disaient ceux qui étaient venus pour le prendre

Annecy, Chambéry se sont bien rendus;

Pourquoi ne voudrais-tu pas te rendre?

Mais nos bourgeois dirent: Quand  même? (Et alors?)

Ceux de Chambéry sont des soldats de paille

Et ceux d'Annecy ne valent pas mieux

Que le porc qui nous a mangé notre carotte! (Allusion au porc d'Annecy qui a mangé la carotte qui servait à fermer la porte de la ville et qui permit aux Français de rentrer dans la ville)

image image

Le Pont Neuf                                                                Place de l'Hôtel  de Ville

 

Le Programme de la Grande fête populaire

Pour recréer l’ambiance de fête du dimanche 22 avril 1860, les habitants de l’Albanais et les Rumilliens sont appelés à pavoiser balcons et fenêtres aux couleurs de la Savoie et de la France, à illuminer leur habitation par des bougies rouges et blanches et à se costumer.

  • Matinée à partir de 9h30

rassemblement au Pont Neuf puis défilé musical avec les pompiers en tenue d'époque...

  • A partir de 16h

Devant la Mairie: Conte musical qui retrace l'histoire de Djan , un colporteur savoyard. (danses et chants accompagnés à l'accordéon flûte, cor des alpes...)

Puis défilé en remontant la Rue Centrale.

  • 16h30 Place de la Grenette:    les Jevalles et l’orchestre La Savoé d’Antan,
  • 17h15 : Place Sainte Agathe : les sonneurs de Savoy, puis défilé jusqu’à la Place des Anciennes casernes,
  • 18h : Rassemblement Place des Anciennes casernes, temps officiel, puis groupes musicaux,
  • A partir de 19h : Tartiflette géante,
  • 20h15-21h30 : Concert donné par l’Orchestre d’Harmonie et le Réveil Rumillien,
  • 21h30-1h : Bal avec l’orchestre de Jacky Morcillo,
  • 22h30 : Feu d’artifice en trois tableaux aux couleurs de l’Italie et de la Savoie. Bouquet final très coloré marquant la réunion des deux pays.

(Sources Mairie de Rumilly)

Posté par Lo Praz Condus à 19:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 avril 2010

L'abbaye de Hautecombe

L'abbaye de Hautecombe est accessible par la route mais pour découvrir tout le charme du lieu, il est préférable d'arriver d'Aix en bateau

.2010c_3714 2010c_3733

La venue des correspondants italiens nous offre l'occasion de nous remémorer l'histoire commune qui nous unit à nos voisins

2010c_3741

Italiani e francesi insieme a Hautecombe.

2010c_3737 2010c_3746

Fondée au XIIème siècle, l'abbaye de Hautecombe abrite les tombeaux de la maison de Savoie, elle a été restaurée après la révolution. A noter que les moines ont quitté l'abbaye pour ne pas être dérangés par le flot important de touristes.

A son origine et jusqu'à la moitié du XIIème siècle, l'abbaye était située dans une combe de la montagne de Cessens d'où son nom "Haute Combe". Mais la proximité de la route "passante" reliant la chautagne à l'Albanais , dérangeait les moines cisterciens : ils choisirent donc un endroit plus isolé : un petit promontoire sur la rive sauvage du lac du Bourget.

Au XIVème siècle, la chapelle des Princes est édifiée pour recevoir les dépouilles des Princes de la famille de Savoie.

Du XVème au XVIII ème l'abbaye tombe en ruine. après la Révolution elle sera pillée.

Au début du XIXe siècle, Le roi de Piémont-Sardaigne, Charles-Félix rachète le monastère et le fait restaurer pour en faire le mausolée de la famille de Savoie. Il va ensuite en confier la garde aux moines cisterciens.

La veuve du roi,la reine Marie Christine, continue la restauration et fait ériger la tour du Phare.

2010c_3761

La reine Marie Christine de Jean Albertoni (1857)

 

2010c_3759

                                                                   L'intérieur de l'abbatiale

2010c_3755

Un cénotaphe (tombeau vide)

En 1922 les Bénédictins s'installent à Hautecombe.

Le dernier roi d’Italie, Humbert II  y a été inhumé en 1983 et son épouse la reine Marie-José en 2001.

Les Bénédictins quittent Hautecombe en 1992. La Communauté du Chemin Neuf veille maintenant sur la destinée de l'abbaye.

IMG_0527

L'abbaye vue du belvédère d'Ontex

Vues  360° : ICI

Images de l'exposition 2009 sur la Pietà de Michel Ange: ICI

Circuit à faire autour du lac du Bourget: ICI

Posté par Lo Praz Condus à 20:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

02 mars 2010

Traité d'annexion de la Savoie en question


xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx


Un autre regard sur l'annexion de la Savoie: l'annexion vue par les journaux, et par des diplomates suisses, anglais, américains... ICI   

On est bien loin de la version de l'histoire de France officielle...

Le traité d'annexion de la Savoie est-il caduc? la question est posée....                                   

                                                                                                           
Question N° : 76121de M. Yves Nicolin ( Union pour un Mouvement Populaire - Loire )                         Question écrite                      
               
                                               
Ministère interrogé > Intérieur et collectivités territorialesMinistère attributaire > Intérieur et collectivités territoriales

                                Question publiée au JO le : 06/04/2010 page : 3856                                                                        

Texte de la question

                        

M. Yves Nicolin attire l'attention de M. le secrétaire d'État à l'intérieur et aux collectivités territoriales sur les risques juridiques, politiques et institutionnels majeurs qu'entraîne le traité d'annexion de la Savoie. À l'occasion du 150e anniversaire de l'annexion de la Savoie par la France, des cérémonies et diverses festivités et visites officielles sont programmées durant toute l'année 2010 notamment à partir du 24 mars puisque c'est par un traité signé à Turin le 24 mars 1860 que les arrondissements de Nice et la Savoie (les deux départements 73 et 74 actuels) ont été rattachés à la France du second empire. Sa question se pose pour deux raisons juridiques précises : d'abord et avant tout à l'échelle nationale parce que se pose sans doute une question d'intégrité territoriale susceptible en conséquence d'entraîner des effets internes importants. En effet, la question brutale de savoir si ce traité du 24 mars 1860 est bien toujours en vigueur se pose or ce traité est la clef de voute de tout l'édifice juridique et administratif français en Savoie. Le problème est simple : la France a enregistré à l'ONU sous le n° I-747 le traité de paix du 10 février 1947 dont elle est signataire et dépositaire. Ce traité comportait un article 44 faisant obligation à la France de notifier à l'Italie les traités antérieurs suspendus par l'effet des hostilités de la Seconde Guerre mondiale (traités au rang capital desquels se trouvait naturellement le traité de rattachement territorial de la Savoie et Nice de 1860). Cet article 44 comportait un 2e alinéa emportant l'obligation formelle d'enregistrer cette notification et ce traité auprès du secrétariat général de l'ONU, organisation créée deux ans auparavant en 1945. Cet enregistrement n'a pas eu lieu. Le même article 44 prévoyait un alinéa 3 stipulant qu'à défaut, la sanction encourue est l'abrogation (dans le texte : « les traités qui n'auront pas fait l'objet d'une telle notification seront tenus pour abrogés »). Il lui demande si le traité d'annexion de la Savoie du 24 mars 1860 a été ou non enregistré auprès du secrétariat général de l'ONU et, si cela n'est pas le cas, quelles mesures sont prises par le Gouvernement pour traiter les problèmes subséquents au plan juridique interne ? La question se pose également à l'échelon international où elle rebondit sous l'angle de l'obligation de respect par la France des normes de droit international en vigueur et qu'il s'agit, en fait comme en droit, rien moins que de l'image et de la réputation de l'État français dans la communauté internationale. Il n'ignore pas que la charte de l'ONU de 1945, et notamment son article 1er, ainsi que de multiples résolutions adoptées par l'assemblée générale, ont enjoint les États à faire aboutir le processus général de décolonisation qu'avait initié dès 1941 la charte de l'Atlantique. Il se trouve que 2010 marque officiellement la dernière année de la deuxième décennie de la décolonisation onusienne. En 2010 pourtant, la plupart des ministères et des administrations projettent cependant de participer à des événements commémoratifs ou d'organiser des cérémonies officielles en Savoie ou à Nice. Cela apparaît paradoxal si ce traité d'annexion a été caché à l'ONU et qu'il est abrogé par l'effet d'un traité signé à Paris. Si le traité de 1860 est abrogé du fait de son non-enregistrement auprès de l'ONU, un processus de désengagement de la France aboutissant à un référendum local vis-à-vis de la Savoie et de Nice est inéluctable sauf à prendre le risque d'une condamnation de la France par la Cour internationale de justice de La Haye. Il ne s'agirait pas de voir la France internationalement sommée de fournir des explications qu'elle n'aurait pas ou aurait insuffisamment préparées, voire d'essuyer une grave condamnation puisque la zone territoriale concernée couvre deux départements et demi. Au lieu d'apparaître comme subissant une crise dans une affaire juridiquement délicate voire perdue d'avance et doublement aggravée par la découverte de la dissimulation grossière d'un territoire ayant fait l'objet d'une annexion et par des commémorations officielles défiant (au sens étymologique des termes) le droit international, ne pourrait-on imaginer une prise en compte immédiate et en amont de cette question mettant à l'abri la France de l'avalanche de questions juridiques et politiques internes et internationales délicates que ce défaut d'enregistrement risque d'engendrer et que l'annonce de festivités officielles durant toute l'année 2010 risquent de déclencher et d'aggraver encore ? Il souhaite donc connaître les mesures que le Gouvernement entend prendre pour faire face et anticiper à l'ONU le risque certain de reconnaissance internationale de la Savoie par un ou plusieurs États étrangers ravis de brandir le traité de Paris de 1947 et reconnaître un nouveau micro-état géopolitiquement stratégique et juridiquement détaché de la France sans aucune préparation ni concertation.

Texte de la réponse

                        

L'honorable parlementaire se demande si le traité franco-italien signé à Turin, le 26 mars 1860, qui a rattaché les arrondissements de Nice et de Savoie à la France est toujours en vigueur, compte tenu des dispositions qui figurent dans le traité de paix du 10 février 1947 (art. 44), concernant l'enregistrement auprès du secrétariat général des Nations unies des traités bilatéraux conclus entre la France et l'Italie antérieurement à la Deuxième Guerre mondiale. Le ministère des affaires étrangères et européennes confirme que ce traité est toujours en vigueur. S'il est exact que le traité de Turin du 26 mars 1860 doit être enregistré au secrétariat de l'Organisation des Nations unies en vertu de l'article 44 du traité de Paris du 10 février 1947, l'absence d'un tel enregistrement n'a aucune incidence sur l'existence ou la validité de ce traité. En effet, selon l'article 102 de la charte des Nations unies, l'absence d'enregistrement d'un traité au secrétariat de l'ONU n'emporte qu'une seule conséquence, à savoir l'impossibilité pour les parties à un tel traité de l'invoquer devant un organe de l'organisation. La rédaction de cet article diverge à cet égard sensiblement de celle de l'article 18 du pacte de la Société des nations qui disposait qu'aucun traité ne serait obligatoire avant d'avoir été enregistré. Dans la pratique, la sanction prévue par l'article 102 n'a, d'ailleurs, pas eu l'occasion de jouer bien qu'aient été invoqués à plusieurs reprises, devant la Cour internationale de justice, des traités non enregistrés. Dans son arrêt du 1er juillet 1994 dans l'affaire Qatar/Bahreïn, la Cour internationale de justice a d'ailleurs tenu à souligner que « le défaut d'enregistrement ou l'enregistrement tardif est sans conséquence sur la validité même de l'accord, qui n'en lie pas moins les parties » (Rec. p. 122). L'article 44 du traité de paix signé à Paris, le 10 février 1947, ne prévoit pas de son côté un régime de sanction en cas d'absence d'enregistrement différent de celui de l'article 102 de la charte de l'ONU puisqu'il précise seulement que seront tenus pour abrogés les traités bilatéraux conclus avec l'Italie par chacune des puissances alliées antérieurement à la guerre qui n'auraient pas été notifiés à l'Italie dans un délai de six mois à partir de l'entrée en vigueur de ce traité (17 septembre 1947). En revanche, il ne tire aucune conséquence de l'absence d'enregistrement au secrétariat de l'ONU de tels traités, ce qui renvoie donc au régime de droit commun défini par l'article 102 de la charte. Il convient enfin de relever que le traité de Turin du 26 mars 1860 a été notifié à l'Italie conformément aux stipulations de l'article 44, 1er paragraphe, du traité de Paris du 10 février 1947. La liste des traités notifiés à l'Italie a été publiée au Journal officiel du 14 novembre 1948. Le ministère des affaires étrangères et européennes a néanmoins pris, d'ores et déjà, toutes les dispositions utiles pour que le traité de Turin du 24 mars 1860 soit bien enregistré dans les meilleurs délais auprès du secrétariat de l'Organisation des Nations unies.


xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx


Posté par Lo Praz Condus à 21:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

28 novembre 2009

150e anniversaire de l'Annexion de la Savoie à la France.

Question posée au gouvernement sur la validité du traité d'annexion : ICI   On attend la réponse avec impatience!

Annexion, Rattachement, Réunion...  de la Savoie à la France : des mots pour évoquer un événement historique important de l'histoire savoyarde et pourtant bien ignoré du reste de la France. Cependant si les Savoyards aiment la France, bon nombre d'entre-eux se sentent Savoyards avant d'être Français alors leur demander de célébrer l'annexion de leur ancien  pays à la France, il ne faudrait pas exagérer!

Une étude complète, destinée aux enseignants, par les archives départementales de la Savoie sur le rattachement : ICI

Un autre regard sur l'annexion de la Savoie: l'annexion vue par les journaux, et par des diplomates suisses, anglais, américains... ICI   

Un témoignage du correspondant du Times à Genève sur le déroulement très napoléonien du "suffrage" .

The Times, April 28, 1860, Universal Suffrage In Savoy

Genève, 23 avril 1860

(...) Après le repas, nous eûmes la visite d’un des derniers partisans de la Suisse qui confirma tous ce que le petit boutiquier nous avait dit à propos des pressions. Les lettres et les affiches avaient été interrompues ; aucune proclamation du parti opposée n’était possible, car des hommes avaient été payés d’avance pour empêcher leur collage ou les déchirer. La lutte étant sans espoir, même les plus ardent partisans de la Suisse s’étaient démoralisés et constamment on recevait des nouvelles d’autres défections. Presque que tous les candidats du parti Libéral au Parlement avaient voté, et ce n’était plus que dans les villages et fermes isolés que l’opposition continuait. Cinq Syndics avaient été destitués un jour plus tôt, à Frangy, Chablais, Savigny, et deux autres endroits, et leurs postes avaient été donnés à des hommes dévoués à la France. Les agressions étaient courantes, et alors qu’il venait nous voir notre ami avait une suite de gamins qui criaient “à bas la Suisse.”

Nous en avions tous assez, et la voiture étant prête, nous serrâmes la main du “derniers des Mohicans” et partîmes. Le temps s’éclaircit de nouveau, gaiement et satisfait de notre tour, notre voyage de retour commença et c’était avec un inévitable sentiment de soulagement que nous traversâmes la frontière de la Confédération Helvétique.

 

Je vous laisse tirer vous-même les conclusions de ce voyage, qui montre clairement ce que le vote était dans cette partie de la Savoie. Le vote était la plus amères des ironies faites aux suffrages populaire. Les urnes étaient aux mains des mêmes autorités qui avaient issue les proclamations. Les contrôles étaient impossibles. Même les voyageurs étaient suspectés et harcelés de crainte qu’ils mettent le nez dans l’affaire. Toute opposition étaient réprimée par des intimidations et toute liberté d’action supprimée. On ne peut vraiment pas reprocher à l’opposition d’avoir renoncé, les forces utilisées contre elle étaient trop grandes. Quant aux résultats du vote, nous n’avons aucun souci à nous faire, ce sera tout simplement aussi brillant qu’à Nice. Le seul danger à redouter est que les autorités savoyardes dans leur zèle fassent comme les Français dans le vote de 1852, et trouvent avec surprise plus de votes que de gens inscrits sur les listes.

Une synthèse approfondie des rapports de la Savoie et de la France: ICI

Pour les personnes intéressées par les commémorations,  elles trouveront  leur bonheur sur le site : http://www.150ans-paysdesavoie.fr/ 

  • Pour  faire simple un petit résumé en quelques dates des rapports de la France et de la Savoie.
1030: Humbert aux Blanches Mains comte de Maurienne reçoit la partie du comté du Viennois qu'il appellera la Savoie;
1416: le Comte de Savoie Amédée VIII devient duc de Savoie. Chambéry en est la capitale. Il devient Pape sous le nom de Félix V

image

Au cours du règne d'Amédée VIII  les Etats de Savoie s'étendent   du Léman à la Méditerranée de chaque côté des Alpes.

 

 image  Amédée VIII le Pacifique

 

 

1536: Les troupes de François Ier  occupent la Savoie.
1539: L'édit Royal de Villers-Cotterets est appliqué en Savoie. (Emploi du français dans les textes administratifs et judiciaires). Il est bon de rappeler que la mère de François Ier était:  Louise de Savoie fille de Philippe, duc de Savoie .

1562: Le duc de Savoie Emmanuel-Philibert choisit Turin comme capitale afin de mettre sa capitale de l'autre côté des Alpes donc à l'abri des convoitises françaises.

1600: Henri IV entre en Savoie. Charles Emmanuel Ier cède à la France la Bresse, le Bugey...
1691: Les troupes de Loius XIV occupent la Savoie.
1713: le duc de Savoie Victor-Amédée II est promu roi de Sicile. et en 1718, il devient roi de Sardaigne.
1792: Les troupes françaises révolutionnaires entrent en Savoie, la Savoie devient le département du Mont-Blanc.
1815: La Savoie est rendue au roi de Sardaigne .
  • Le roi de Piémont Sardaine Victor-Emmanuel II se donne comme but de libérer les terres italiennes de la domination autrichienne et sollicite l'aide de la France. 
21 juillet 1858 : Entrevue secrète entre Napoléon III, et Cavour, président du Conseil du Royaume de Sardaigne, à Plombières (Vosges).

29 janvier 1859 : Signature du traité d’alliance entre la France et le royaume de Piémont-Sardaigne qui prévoit la création d’un royaume de Haute-Italie et la cession, en compensation, du comté de Nice et de la Savoie à la France.

3 mai 1859: La France déclare la guerre à l'Autriche. .

  juin 1859: Les alliés franco-sardes emportent les batailles de Magentaet de Solferino.

8 et 12 juillet 1859: Inquiet d’un enlisement du conflit, Napoléon III signe avec l’Autriche l´armistice de Villafranca le 8, puis un traité le 12.

24 mars 1860: Signature du traité de Turin qui prévoit le rattachement de la Savoie et de Nice à la France.
22-23 avril 1860: Déroulement du plébiscite. À la question « La Savoie veut-elle être réunie à la France », le suffrage universel masculin sur 135 449 inscrits donne 71 bulletins nuls, 235 non et 130 533 oui .

Sources: Découvrir l'Histoire de la Savoie du Centre de culture savoyarde

et le site: http://www.150ans-paysdesavoie.fr/

  • Pendant près de 900 ans la Maison de Savoie  a été à la tête d'un Etat souverain qui a su être moderne:
-  au Moyen-Age: mise en place d'un système administratif de gestion des châtellenies ,
- au XVIIIème siècle: les propriétés sont cadastrées sur  la "Mappe" (le plus ancien cadastre d'Europe),
- rachat des droits féodaux sans étape révolutionnaire.
L'histoire régnante de la Maison de Savoie s'est achevée en Italie en 1946 de manière peu glorieuse suite à sa compromission  avec Mussolini.
  • D'un point de vue plus humain le sentiment d'être "Savoyard" perdure dans la population savoyarde "de souche" mais les importants brassages de populations de ces dernières décennies font que le particularisme culturel savoyard tend à s'estomper. Il appartient à tous les Savoyards de s'approprier l'histoire de leur région et de faire vivre ce qui reste de leur culture.


Posté par Lo Praz Condus à 18:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 juillet 2007

Plateau des Glières Massif des Bornes

Situation: 45 minutes de la maison

Le Plateau des Glières: haut lieu de la Résistance: 

  • De janvier à mars 1944 . 465 Résistants rassemblés au Plateau des Glières pour y recevoir les parachutages des Alliés, affrontent l’armée allemande et la Milice. Après d’intenses combats, ils perdront un tiers des leurs et seront contraints de quitter le Plateau.

  • En 1973, le monument national de la Résistance, œuvre du sculpteur Emile Gilioli, a été érigé à la mémoire de ces victimes. Il a été inauguré le 2 septembre 1973, par André Malraux

    Gli_para

Le monument

Aujourd'hui, le plateau se prête en hiver au ski de fond et en été, à la promenade familiale.

Un sentier historique, dont le  départ se situe devant le Point d'Information et l’arrivée au Monument National de la Résistance de Gilioli, est balisé par des panneaux retraçant les événements de février-mars 1944. Une bonne heure est nécessaire pour parcourir cet itinéraire en visite libre ou guidée.  Un sentier de découverte de l'espace naturel complète le sentier historique. Depuis 2006 une fête du souvenir est organisée, cette année, elle a eu lieu le 22 juillet.

Gli_plat

Le plateau avec au fond le massif du Jalouvre

A partir du plateau il est possible de "prendre de la hauteur" en gagnant la montagne des Auges par un bon sentier balisé qui démarre vers le Point d'Accueil. Durée 1h30/2h.
Cette promenade peut également se faire l'hiver en raquettes.

Le sentier traverse le plateau en direction du Sud-Est puis franchit un petit ruisseau, à proximité, des restes de containers largués en 1944 finissent de rouiller.

Gli_cont gli_fleur

        Containers largués en 1944                        Prairie alpine            

On aborde ensuite une tourbière (nombreuses sur le plateau, "glière" signifiant "terrain humide"). Les droseras ( petites plantes carnivores) y sont facilement observables. L'on rejoint facilement le pas du Loup puis le plateau des Auges.

Gli_grou Gli_chal

                              Le sommet des Auges et les chalets

Gli_vue

Les Glières vues depuis les Auges

Posté par Lo Praz Condus à 18:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :