30 juillet 2010

Le Lanfonnet

Pour effectuer cette randonnéee, il faudra passer par la rive droite du lac (Veyrier, Menthon) puis prendre la route du col de la Forclaz.

Sur la route du col de la Forclaz trois haltes s'imposent aux randonneurs ou aux simples touristes :

  • La chapelle et l'ermitage de St Germain (parking à proximité) voir plus bas.
  • la cascade d'Angon (20 min du parking de Vérel): Article ICI
  • le point de vue du col de la Forclaz (départ de parapentes)

                                                 &&&&&&&&&&&&&&

Le Lanfonnet: balade familiale qui permet de découvrir les alpages

Départ: Montmin : col de l'Aulp (même départ que pour la Tournette). Environ 500m de dénivelé.

N.B.: l'Aulp  se prononce: l'ô.

Articles sur la Tournette Ici et 

Prendre la direction du col des Nantets: brève descente en forêt, puis montée tranquille jusqu'au col des Nantets.

L'itinéraire se poursuit  par le passage de Lancrenaz, on débouche alors dans les alpages de l'Aulp Riant , une sente longe un muret de pierres , elle conduit sans problème à la crête du Lanfonnet. Attention cependant, le versant lac est vertical!

2010c_5458

Du col de l'Aulp, on voit l'intégralité de la balade: au fond le col des Nantets puis sur la gauche, la crête qui conduit à Lancrenaz puis à l'extrême gauche au Lanfonnet.

2010c_5432 bis 2010c_5438

En quittant le col des Nantets                    Arrivée sur l'alpage de l'Aulp Riant

bis

2010c_5441   

l'alpage de l'Aulp Riant

2010c_5456

Sur la route du retour, il ne faut pas manquer de s'arrêter à l'ermitage de St Germain (chapelle et grotte où vécut l'ermite): la vue sur la baie de Talloires y est somptueuse!

2010c_5462 2010c_5464

La chapelle et le chemin menant à l'ermitage

2010c_5459

St Germain avait choisi pour son ermitage une grotte peu confortable mais qui bénéficiait d'une vue  propice à la méditation!

cezanne

Duingt vu par Cézanne depuis la baie de Talloires en 1896: "Le lac bleu"

Le parcours sur la carte IGN: ICI

Posté par Lo Praz Condus à 21:59 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


26 juillet 2010

Le traité d'Annexion de la Savoie suite...

Message de Me BONNARD (Avocat) concernant un article de ce blog qui faisait référence à la question posée par Yves NICOLLIN Député UMP de la Loire: 


Savoie le 23 Août 2010

Cher Monsieur,

Je me permets, tombant par hasard sur votre blog, de vous faire remarquer que la question est plus exactement de savoir si le traité est abrogé et non simplement caduc.

Il ne s'agit plus seulement, en effet de savoir, si les conditions du Traité de 1860 ont été respectées (elles ne le furent d'ailleurs pas...)

Il y a un Traité qui abroge "plein texte" cette annexion.

Le traité est-il annulé?

La réponse est encore plus évidente dés lors: oui!

Je me permets également de vous adresser la réplique que j'ai rédigée suite à la réponse gouvernementale parue au JO et que je vous remercie d'avoir mise en ligne avec la question initiale.

Votre bien dévoué

Fabrice BONNARD
Avocat

Réplique sous forme de commentaire critique en 14 points à la réponse officielle du gouvernement français à la question posée par Monsieur Yves NICOLLIN Député UMP de la Loire :
1. Cette réponse est symptomatiquement légère et de qualité très ordinaire. Elle demeure donc, en l’état, indissociable de la question qui reste très précise et, du fait de sa gravité et de sa portée historique et internationale, toujours extraordinaire.

2. Cette réponse officielle est d’évidence partielle puisqu’en particulier, elle prend soin d’éviter de répondre et même d’aborder la question explosive et principale de l’abrogation du Traité d’annexion de la Savoie par application des dispositions « plein texte » de l’article 44 §3 du Traité de Paris du 10 février 1947 (annexe II.1).

3. Le gouvernement français admet, officiellement et pour la première fois, que la Savoie n’a pas été déclarée à l’ONU comme territoire non autonome, annexé en vertu d’un traité international. Un Etat colonisé et caché, qui ne peut désormais plus le rester par l’effet inattendu d’un Traité international signé à Paris !

4. Il est donc précisé, à titre principal et en bonne place puisqu’à la fin de cette réponse officielle, que : des instructions ont « d’ores et déjà été données » (sic) par le Ministère des Affaires étrangères et européennes pour qu’il soit procédé, « dans les meilleurs délais à l’enregistrement auprès du Secrétariat de l’ONU » ! Cet empressement est d’ailleurs révélateur d’un embarras certain

5. Plusieurs erreurs manifestes et des raisonnements abscons émaillent et caractérisent cette réponse. Ils indiquent le souci extrême des services juridiques et diplomatiques. On notera à ce sujet et au passage, un changement d’affectation des ministères qui permit au service juridique du Quai d’Orsay de gagner un peu de temps pour accoucher d’une réponse qui n’a néanmoins pas pu étouffer correctement la difficulté soulevée, laquelle demeure donc entière (cf. les deux versions successives en annexes II.2 & II.3).

6. Ainsi la confusion volontaire et à trois reprises sur la date du Traité d’annexion du 24 mars 1860 (annexes II.4) et non du 26 suggère, là encore, une possible volonté de ralentir encore artificiellement le processus de régularisation inéluctable. Désormais et néanmoins, celui-ci est indubitablement en cours.

7. Le rappel de dispositifs en vigueur au sein de la SDN organisation disparue de longue date est tout bonnement risible car totalement anachronique et de nul effet.

8. Le cas de jurisprudence cité est hors sujet s’agissant d’une très ordinaire affaire de traité bilatéral de nature commercial. En ce qui concerne la Savoie et le Traité de 1947, il s’agit en revanche d’un traité de paix multilatéral, de nature géopolitique et engageant 21 états membres (dont 4 membres fondateurs et permanents du Conseil de sécurité). Le raisonnement analogique proposé est donc curieux, voire abstrus pour trois raisons : a / une interprétation extensive d’un cas unique et différent b/ une analyse du droit commun en vigueur à l’ONU alors que le Traité du 10 février 1947 et son article 44 sont fondamentalement spécifiques et y dérogent expressément c/ l’omission flagrante, en prime et en toute hypothèse, de l’article 102 §2 de la Charte de l’ONU qui prévoit bien une sanction…

9. « L'absence d'un tel enregistrement n'a aucune incidence sur l'existence ou la validité de ce traité »… Cette affirmation pour se vouloir centrale et péremptoire reste cependant spécialement insuffisante: elle se heurte en effet et frontalement à l’article 44 §3 du Traité de PARIS du 10/02/1947 [qui, lui, est pleinement en vigueur pour avoir, lui, bien été enregistré (sous la référence I-747 et par la France elle-même) et donc, lui, avoir su respecter l’article 102 de la Charte des Nations Unies]. 

10. La référence au droit commun de l’article 102 omet évidemment la portée des dispositions spéciales et donc prévalantes en l’espèce, de l’article 44 §2&3. C’est précisément parce que le traité de PARIS a entendu faire peser sur les signataires une obligation particulière qu’une procédure spéciale, formelle et contraignante fut requise, négociée puis acceptée. Il échet de rappeler que c’est précisément par l’effet du Traité de PARIS de 1947 et de son article 44 que plusieurs colonies accédèrent à l’indépendance dont la Libye qui préside en 2010 l’Assemblée Générale et le Secrétariat des Droits de l’Homme !!!

11. L’abrogation telle qu’édictée par l’article 44§3 et encourue par la France en tant qu’organisatrice et signataire principale du Traité de PARIS, englobe la notification (§1) puis l’enregistrement à l’ONU (§2). Il s’agit d’évidence dans la lettre comme dans l’esprit du Traité de 1947 d’un formalisme cumulatif : notification (§1) PUIS enregistrement (§2). C’est ainsi qu’il fut expressément négocié qu’à défaut d’une « telle notification » les traités seraient tenus pour abrogés (§3).

12. A relever : Le silence gêné concernant l’évocation des festivités officielles de commémoration du 150ème anniversaire de l’annexion en 2010 année phare de la décolonisation obligatoire sous l’égide de l’ONU. Le gouvernement est pris en flagrant délit de schizophrénie politique et diplomatique. La France invite pour le 14 juillet 2010 ses anciennes colonies africaines ayant accédé à l’indépendance en 1960 (voir infra le point 14). Leurs troupes ont ainsi défilé avec les chasseurs alpins de la Savoie de retour d’Afghanistan… Cela est cocasse dans le contexte de la question et de cette bien légère réponse officielle française publiée au JO du 16 juin 2010.

13. L’Etat français est manifestement pris au piège de son histoire : il est contraint de continuer de fêter l’évènement de l’annexion comme un simple fait historique, mais il lui sera de plus en plus difficile de crypter sa portée qui est désormais surtout juridique et… inévitablement diplomatique et géopolitique (plusieurs Etats s’apprêtant d’ores et déjà à reconnaître la Savoie).

14. A noter surtout et enfin : le silence total concernant les effets incontournables de la décolonisation obligatoire en 2010 proclamée à plusieurs reprises en séance plénière de l’Assemblée Générale des Nations Unies [Cf notamment les Résolutions prises en Assemblée plénière par l’ONU dés 1960 n°1514 (XV) et en 2000 n°55-146 (ci-jointes pour info en annexes II.5 & II.6)] ; voir aussi et surtout le site ONU rubrique - bureau de la décolonisation : la Savoie ayant été annexée en 1860 par Napoléon III doit d’évidence pouvoir bénéficier d’un traitement décolonisateur sous contrôle onusien, au moins plus rapide que celui de la Nouvelle Calédonie rattachée, elle et à l’époque, sans institutions propres ni statut d’Etat souverain à la France en 1853.

En filigrane et en conclusion : c’est du Droit à l’autodétermination des Peuples et à la souveraineté d’ores et déjà retrouvée de la Savoie (du fait de l’abrogation du traité d’annexion de 1860 par l’effet « plein texte » d’un traité signé à PARIS) dont, en réalité, il s’agit. 
C’est donc à ce problème diplomatique aux incidences géopolitiques majeures et inéluctables auquel la France ainsi que la Présidence de la République doivent à présent faire face et dont il a été admis à mots encore couverts et très maladroits par le Quai d’Orsay, qu’elles se voient « d’ores et déjà » contraintes de le régler « dans les meilleurs délais ».
Annexe II.1 : Traité de Paris du 10 février 1947 (art.44 –>page 16/66) ;
Annexe II.2 : Question de Mr NICOLLIN député de la Loire - version initiale du 06/04/10;
Annexe II.3 : Question de Mr NICOLLIN version du 26/04/10 (changement d’affectation) ;
Annexe II.4 : Traité d’annexion du 24 mars 1860 (copie de version originale manuscrite) ;
Annexe II.5 : Résolution Assemblée plénière ONU 1960 n°1514 (XV) - principe;
Annexe II.6 : Résolution Assemblée plénière ONU 2000 n°55-146 - application.

Posté par Lo Praz Condus à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juillet 2010

Grand Roc

  Départ Aillon le Jeune

Attention: il existe deux sommets appelés : "Grand Roc" l'un vers les Aillons , l'autre se situant  sur l'arête entre l'Armène et le col du Haut du Four. voir l'article ICI

Suivre la route du col des Prés , 1 km environ après le sommet du col  dans la descente sur Thoiry . Garer la voiture en bord de route, sur la gauche de la chaussée un bon chemin démarre, le suivre (panneau indicateur : Pointe de la Galoppaz). (altitude 1040m)

Le Grand Roc est une alternative plus courte  à  la pointe de la Galoppaz  et moins courue. L'iténéraire est commun avec celle-ci  jusqu'à  l'altitude  1460m, on franchit alors une clôture, on  délaisse le chemin qui part tout droit en direction des chalets de la Buffaz et de la Galoppaz,  on prend à gauche une trace qui s'élève tranquillement d'abord  puis  plus sévèrement à l'approche du sommet (1623m).

Redescendre par le même itinéraire.

2010c_5430  2010c_5400

Le Grand Roc vu de la route,                          au fond la pointe de la Galoppaz.

image

Cherchez l'intrus!

Parmi les 6 photos ci-dessous, l'une d'elles  nous présente une espèce  habituellement étrangère aux Bauges,

saurez-vous l'identifier?

papi 1 papi 2




papi 4
papi 5
vache  


papi 3

Posté par Lo Praz Condus à 17:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

24 juillet 2010

Fête du lac d'Annecy 2010

A la recherche d'un point de vue pour la fête du lac...

Une alternative aux places payantes: rechercher un point de vue en hauteur sur le lac, mais là il manquera la musique et les explosions parviendront plus ou mois atténuées.
Cependant il y a quelques solutions ... il faut chercher ci-dessous!
Proches du centre: les secteurs de la Visitation, de la Puya, des Espagnoux....
En s'éloignant d'Annecy:  Annecy le Vieux: Sur les Bois , à proximité du relais de télécom
En marchant un peu: dans le Veyrier:sur le sentier entre le Petit Port et le Pré Vernet: quelques points de vue entre les arbres...en montant du Pré Vernet au col des Sauts au niveau du banc et bien sûr au Talabar...

IMF_LARGEUR275_WEB_CHEMIN_3090_1269015846

150 ans d'aventures pyrotechniques annéciennes (d'après le site officiel de la ville d'Annecy: Ici)

2010 est l’occasion de fêter le 150e anniversaire de la Réunion de la Savoie à la France, événement historique à l’origine de la création de la Fête du lac. C’est pourquoi ce spectacle sera unique tant dans son approche artistique que dans son concept technique.

« La machine à remonter le temps » consiste en un voyage de 70 minutes dans 150 ans d’aventures pyrotechniques annéciennes, une épopée fantastique à travers les plus célèbres thèmes et les plus belles émotions qui ont fait la renommée mondiale de la Fête du lac. 111 points de tir seront répartis sur le lac. Du jamais vu pour le plus grand spectacle pyrotechnique européen ! Entre prouesses et poésie, nous flirterons avec l’inimaginable. En quelques mots, nous allons en prendre plein
les yeux !

La technique au service de la poésie

Ce grand show international est conçu comme une pièce de théâtre dans un décor naturel immense et magique. Outre la pyrotechnie, d’imposants jets d’eau, des queues de paon, des arabesques, mais aussi une sonorisation digne des plus grandes stars, 14 puissants robots de lumière pour balayer le ciel de faisceaux colorés… et de nombreuses surprises seront au programme de cette édition exceptionnelle !

Feu d'artifice sur le lac

Diaporama de l'édition 2008


Fête du lac 2008 - montage diaporama photo

Posté par Lo Praz Condus à 00:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

23 juillet 2010

La Savoie: quelques liens utiles

Sites généralistes

 

  • L' agence touristique des deux Savoie:

www.savoie-mont-blanc.com image

Histoire et culture

 

 

  • La langue savoyarde: l'arpitan:

               http://www.arpitania.eu/  image

Nature et Partimoine

Traditions et Humour

 

Offices de tourisme

  • Office de Tourisme d'Annecy :

www.annecytourisme.com image

 

  • office de Tourisme de l'Albanais:  image

          http://www.albanais-tourisme.com/

Posté par Lo Praz Condus à 08:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 juillet 2010

Baignade dans le Fier

Situation 10 min de la maison.

Tenir compte des mises en garde EDF sur les lâchers d'eau automatiques .

IMG_3870

Baignade à la sortie des Gorges du Fier

IMG_3873 IMG_3878 

IMG_3860 IMG_3858

Papillons: Machaon et Flambé sur les rochers du rivage.

 

Descente du Fier en canoë     ICI

Balade le long du Fier      ICI

Le château de Montrottier     ICI

Posté par Lo Praz Condus à 08:21 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

07 juillet 2010

Combaz Fort, Fougère et Armène

Départ du parking de Nant Fourchu (Ecole en Bauges) Arrivée Parking de Bellevaux. Distance entre les parkings : environ 3km

Prendre 50 m après le parking le sentier qui part sur la droite, une passerelle permet de traverser le Chéran. Suivre ce chemin ombragé, même les jours de forte chaleur on y est relativement au frais! Il débouche dans la combe de Combaz Fort.

2010c_4645

Traverser la combe est toujours une aventure... Tôt le matin les hautes herbes sont chargées de rosée...  Et les larges feuilles d'adénostyles  cachent toujours quelques orties....

2010c_4646

La combe de Combaz Fort dans son intégralité, dominée par l'arête qui conduit à l'Armène.

Jadis, pâturages cette étendue est désormais hors d'atteinte des troupeaux depuis que les chalets ont été détruits  par les Allemands en 1944.

2010c_4653

En montant à la pointe de Fougères, à gauche le Grand Roc et au loin le Mont Blanc.

2010c_4656

2010c_4660

La pointe de Fougère et sa croix.

2010c_4659

L'arête qui conduit à l'Armène. (parcours parfois aérien, redoubler de prudence si la trace est humide... rosée ou pluie récente).

2010c_4665

L'arête entre la pointe de Fougère et le Grand Roc, vue de l'Armène.

Autres articles sur le secteur:

Armène ICI
Du Pécloz au col du Haut du Four; ICI                         

Pécloz- Armène - Arces: ICI
Combaz Fort sous les nuages... ICI

Posté par Lo Praz Condus à 18:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

06 juillet 2010

Fête nationale et 150ème anniversaire du rattachement de la Savoie à la France: Rumilly

Le 14 juillet 2010 à Rumilly, une grande fête populaire sera organisée à l'occasion du 150ème anniversaire du rattachement de la Savoie à la France.

Deux faits historiques liés à cette ville témoignent du passé tumultueux  que connurent la France et la Savoie.

 

image

SIEGE de RUMILLY LE 23 MAI 1630

Louis XIII ayant déclaré la guerre à Charles-Emmanuel 1er, Duc de Savoie, les armées françaises envahissent le duché. Les Bourgeois de Rumilly, confiants en leur courage et se reposant sur leurs fortifications, refusent la capitulation honorable que le Roi de France leur fait offrir. Au Maréchal français, Bassompierre, qui annonce la reddition des autres villes du Duché, les Rumilliens répondent fièrement : E CAPOË ("et quand même")

 

SIEGE de RUMILLY LE 23 MAI 1630

Rumilly ayant été pris d’assaut par les troupes de Louis XIII, Mademoiselle de Pesieu de Salagine, Religieuse Bernardine, obtient du Maréchal du Hallier, qui commandait les troupes françaises, la révocation du pillage et de l’incendie de la ville.

 

SIEGE de RUMILLY LE 15 AOUT 1690

Les Rumilliens opposent la plus opiniâtre résistance aux troupes de Louis XIV commandées par le Général de Saint - Ruth. A cette époque, la ville était dépourvue de toute défense, Louis XIII ayant fait raser le fort de l’Annonciade et les fortifications de Rumilly. Le nom des habitants morts sur la brèche, pour la défense de la ville, existent au registre de l’état civil.

(Sources Mairie de Rumilly)

Joseph Béard (poète rumillien 1808-1872 ) s'inspira de l'épisode du siège de 1630  pour écrire une chanson en savoyard "La Pasnaille"

Extrait de la chanson:

image

Traduction:

Rumilly, rends-toi ou bien tu es perdu!

Disaient ceux qui étaient venus pour le prendre

Annecy, Chambéry se sont bien rendus;

Pourquoi ne voudrais-tu pas te rendre?

Mais nos bourgeois dirent: Quand  même? (Et alors?)

Ceux de Chambéry sont des soldats de paille

Et ceux d'Annecy ne valent pas mieux

Que le porc qui nous a mangé notre carotte! (Allusion au porc d'Annecy qui a mangé la carotte qui servait à fermer la porte de la ville et qui permit aux Français de rentrer dans la ville)

image image

Le Pont Neuf                                                                Place de l'Hôtel  de Ville

 

Le Programme de la Grande fête populaire

Pour recréer l’ambiance de fête du dimanche 22 avril 1860, les habitants de l’Albanais et les Rumilliens sont appelés à pavoiser balcons et fenêtres aux couleurs de la Savoie et de la France, à illuminer leur habitation par des bougies rouges et blanches et à se costumer.

  • Matinée à partir de 9h30

rassemblement au Pont Neuf puis défilé musical avec les pompiers en tenue d'époque...

  • A partir de 16h

Devant la Mairie: Conte musical qui retrace l'histoire de Djan , un colporteur savoyard. (danses et chants accompagnés à l'accordéon flûte, cor des alpes...)

Puis défilé en remontant la Rue Centrale.

  • 16h30 Place de la Grenette:    les Jevalles et l’orchestre La Savoé d’Antan,
  • 17h15 : Place Sainte Agathe : les sonneurs de Savoy, puis défilé jusqu’à la Place des Anciennes casernes,
  • 18h : Rassemblement Place des Anciennes casernes, temps officiel, puis groupes musicaux,
  • A partir de 19h : Tartiflette géante,
  • 20h15-21h30 : Concert donné par l’Orchestre d’Harmonie et le Réveil Rumillien,
  • 21h30-1h : Bal avec l’orchestre de Jacky Morcillo,
  • 22h30 : Feu d’artifice en trois tableaux aux couleurs de l’Italie et de la Savoie. Bouquet final très coloré marquant la réunion des deux pays.

(Sources Mairie de Rumilly)

Posté par Lo Praz Condus à 19:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Baignade au Chéran

D'autres lieux de baignade: ICI

Le Chéran se prête à la baignade certaines "plages" sont faciles d'accès et proches de la route d'autres sont plus cachées ...

Le secteur entre Bange et Prérouge est facilement accessible mais il n'existe que quelques gouilles* ayant suffisamment de profondeur donc intéressantes pour la baignade.

IMG_4032

gasp

clem  clem gasp

Autre article sur le CHERAN:  ICI


 

* A propos du mot "gouille": Si vous cherchez ce mot dans le Larousse, on vous dira: En Suisse, mare ou flaque d'eau...

Les auteurs du dictionnaire oublient qu'il existe une langue que certains appellent "franco-provençal" d'autres "arpitan" et qui recouvre une zone transfrontalière entre la Suisse, l'Italie et la France.

L'utilisation du mot "gouille" n'est donc pas propre aux seuls Suisses...

image

 



Posté par Lo Praz Condus à 18:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,